Les 5 palmiers les plus rustiques pour votre jardin

Les palmiers sont des plantes particulièrement impressionnantes. Leur aspect caractéristique évoque les jungles et les îles lointaines. Ces plantes sont une invitation au rêve et au voyage. En plantant des palmiers dans son jardin, on peut se créer un morceau de paradis tropical. Mais peut-on cultiver des palmiers en France, surtout si l’on ne vit pas dans le sud-est de la France ou en Corse ? Oui c’est parfaitement possible. Mais à condition de choisir les espèces les plus résistantes au froid. Pour vous aider à reconnaître les bonnes variétés, cet article vous présente les 5 palmiers les plus rustiques pour votre jardin. Nous vous souhaitons bonne lecture.

Comment augmenter la résistance de vos palmiers au froid ?

Les palmiers sont des plantes originaires des régions chaudes et principalement des tropiques. Mais il existe quelques espèces capables de pousser sous nos latitudes. Elles peuvent endurer les fluctuations thermiques d’un climat tempéré et plus particulièrement les gelées hivernales. Les palmiers les plus résistants au froid en sont issus. Et il s’agit des plantes d’ornement que l’on peut introduire dans son jardin.

Le jardinier peut donc créer un jardin exotique en composant avec des palmiers rustiques. Mais il faut toutefois garder à l’esprit que la réussite de la culture des palmiers tient en grande partie aux soins apportés aux plantes tout au long de l’année.

Pour augmenter la résistance au froid des palmiers, il faut :

● Choisir les bonnes espèces et variétés
● Planter des sujets d’une dizaine d’années
● Choisir un emplacement ensoleillé et protégé des vents froids
● Amender correctement le sol pour que la terre soit enrichie en matière organique

Avec de bons soins et un arrosage abondant durant l’été, vos palmiers poussent vite et seront plus résistants au froid. Ils seront aussi moins sensibles aux attaques des insectes, comme le papillon palmivore et le charançon rouge du palmier.

Le palmier de Chine, Trachycarpus fortunei

Le palmier de Chine est probablement l’espèce la plus commune en France. Ce qui explique cette abondance tient en trois points :

● Ce palmier a été introduit au début du XIXème siècle
● Il est très résistant au froid
● Le palmier de Chine est de culture facile et pousse assez vite

 

palmier de Chine
palmiers de Chine Trachycarpus fortunei plantés au pied des Alpes

 

Ainsi, on retrouve des Trachycarpus fortunei dans une grande partie de l’ouest de la France. Mais aussi dans le quart sud-est de l’hexagone. Il est parfaitement capable de survivre à des températures de -15°C et à du gel durant plusieurs jours consécutifs. La neige ne lui fait pas peur et ses feuilles ne s’abîment pas.

Son tronc – que les botanistes nomment un stipe (cf : notre dossier sur botanic )- est couvert d’une épaisse couche de fibres brunes. Dans son pays d’origine, ces fibres sont employées pour fabriquer des cordages très résistants. Si bien que l’on nomme aussi Trachycarpus fortunei le palmier chanvre.

Les palmiers nains, Chamaerops humilis

Chamaerops humilis est l’unique espèce de palmier native de France métropolitaine. On retrouve le palmier nain en quelques endroits du littoral, dans le Var et les Alpes-Maritimes. Mais il est beaucoup plus abondant dans le sud de l’Espagne et en Italie. Une variété présente au Maroc se distingue des autres cultivars par son feuillage recouvert d’une cire blanche. Ce qui donne aux feuilles une couleur bleutée.

Le palmier nain pousse assez lentement et forme avec les années des buissons de deux à trois mètres de large. Les plus vieux exemplaires cultivés dans les jardins de la Côte d’Azur produisent des stipes de plusieurs mètres de hauteur.

Chamaerops humilis est assez résistant au froid pour être cultivé dans tout le sud et l’ouest de la France. S’il est placé contre un mur, exposé au soleil et protégé des vents froids, on peut le garder en région parisienne et plus au nord jusqu’en Belgique. Ce palmier est capable de survivre à -10°C et peut résister à des températures plus basses, si elles sont de courtes durées.

Le cocotier du Chili, Jubaea chilensis

Le cocotier du Chili est l’un des palmiers les plus appréciés par les collectionneurs. Il s’agit d’une plante de croissance lente, mais qui forme après plusieurs dizaines d’années des sujets géants. Il s’agit du palmier dont le tronc est le plus large et on lui donne parfois le nom de palmier éléphant.

Le cocotier du Chili produit à partir de l’âge de trente ans des fruits dont la graine ressemble à une noix de coco miniature. Elle en a même le goût. Dans son pays d’origine, on exploite aussi sa sève très sucrée. Ce qui a provoqué sa quasi disparition.

Si vous souhaitez constituer une collection de palmiers dans votre jardin, vous serez tenté de planter un Jubaea chilensis. Nous vous conseillons de faire l’acquisition d’une plante d’au moins une dizaine d’années de culture. L’implantation sera plus rapide et votre palmiers pourra endurer plus facilement les premiers hivers.

Le cocotier du Chili est capable de survivre à des températures négatives de -15°C et parfois plus bas. Mais à condition que le froid soit de courte durée. C’est d’ailleurs dans la moitié sud qu’il rencontre les conditions climatiques favorables. Jubaea chilensis se montre aussi capable de pousser en Bretagne et en Normandie.

Pour plus d’infos, cliquez sur https://jardin-provence.com/jubaea-chilensis-le-cocotier-du-chili/

Palmiers bleu du Mexique, Brahea armata

Le palmier bleu du Mexique est un palmier particulièrement ornemental. Originaire du nord-ouest du Mexique, Brahea armata se distingue par son feuillage bleuté. Cette couleur surprenante est due à une couche de cire qui recouvre ses feuilles. La plante produit plus de cire, lorsqu’elle est plantée en plein soleil. Réservez donc à votre palmier bleu du Mexique la situation la plus ensoleillée de votre jardin.

Brahea armata n’est pas un palmier commun, car sa croissance est lente et l’on trouve difficilement des graines. Mais les pépinières spécialisées proposent régulièrement cette plante à la vente. Comme pour toutes les espèces de croissance lente, il est préférable d’investir dans une plante d’au moins dix ans de culture.

Brahea armata est une plante suffisamment résistante au gel et au froid pour être cultivée en extérieur dans les jardins du sud-est de la France, mais aussi du sud-ouest de l’hexagone. Un palmier bien enraciné peut survivre à -10°C sans problème. Plus vers le nord, le manque de chaleur estivale et l’humidité hivernale lui seront défavorables.

Le palmier de Californie, Washingtonia filifera

Washingtonia filifera est un palmier originaire de Californie et d’Arizona. Dans son milieu naturel, il pousse dans les ravins et au bord des cours d’eau. Il y est soumis à des écarts de températures importants. Dans un jardin méditerranéen, c’est un palmier rustique et de croissance rapide. Il est assez communément cultivé dans les jardins du sud-est de la France. Mais beaucoup de plantes sont en fait des hybrides avec Washingtonia robusta, une espèce proche.

Palmier de Californie
palmiers Washingtonia cultivés dans le Var

 

Le palmier de Californie est un bon candidat à l’acclimatation pour l’ouest de la France. Les hivers les plus rigoureux (avec des gels de -15°C) n’ont pas réussi à le détruire en Bretagne, dans les Landes et tout le quart sud-est de la France. Cette espèce est particulièrement intéressante pour les collectionneurs qui recherchent une plante massive et facile de culture.

Pour résumer

Les palmiers incarnent l’exotisme par excellence. Et c’est la raison qui à motivé des générations de jardiniers à les cultiver dans les parcs de la Côte d’Azur. La Provence devient par endroit un paradis tropical. Si vous souhaitez créer un jardin exotique, des palmiers permettent d’obtenir un résultat garanti.

Par chance, ces plantes – et surtout celles que nous avons présentées – sont faciles à cultiver. De plus, la demande se renforce et les horticulteurs proposent maintenant ces espèces rustiques à des prix raisonnables. On peut donc se lancer dans une collection et transformer son jardin en palmeraie.

Nous espérons que la lecture de cet article vous aura rendu service. Si c’est le cas, nous vous invitons à le partager sur les réseaux sociaux. Ainsi, vos amis découvriront des plantes ornementales particulièrement intéressantes et qui demandent peu de soin. Nous vous remercions pour votre temps de lecture. Bon jardinage à tous

Laisser un commentaire